La sophrologie c’est quoi ?

La Sophrologie est un ensemble d’exercices de relaxation, de visualisation et de concentration qui permet de développer nos capacités personnelles et d’améliorer ainsi notre existence quotidienne. L’étymologie de sophrologie vient du grec : SOS : harmonie – PHROS : conscience et LOGOS : étude.

La Sophrologie est créée en 1960, à Madrid, par le Professeur neuropsychiatre, Alfonso CAYCEDO.

La relaxation c’est quoi ?

Nous vivons à une époque où tout va très vite, où la plupart des gens ne prennent pas le temps de se détendre et si nous savons aujourd’hui de tels problèmes dans la société moderne, il n’est sûrement pas un hasard. Nous allons voir comment la relaxation peut être un outil indispensable pour éviter les ennuis et l’angoisse et le stress.

La relaxation représente un relâchement corporel total qui est lié au délassement de tonus musculaire.

Gérer le stress avec la sophrologie

La sophrologie est recommandée pour faire débusquer le stress et les angoisses qui provoquent pertes de sommeil et du même coup bon nombre de troubles qui y sont associés, à condition que l’on adhère pleinement à ses principes basés sur des exercices de respiration et des techniques de visualisation corporelle menant à la semi-conscience.

La sophrologie une médecine douce visant à atteindre l’harmonie entre le corps et l’esprit. Elle a été recommandée pour apprendre à mieux gérer stress et anxiété.

Gérer le stress avec la relaxation

La relaxation est incontestablement le meilleur remède contre le stress. Pratiquer la relaxation pour se libérer du stress est vraiment une excellente méthode pour mieux vivre. La relaxation par son effet adaptant et rééquilibrant permet de diminuer incessamment les effets du stress.

Quand de relaxation est activée, votre rythme cardiaque devient plus calme, vous respirer d’une manière plus harmonieuse, ainsi que votre tension se stabilise et vos muscles se décontractent.

Les différences entre les élèves sont bien nombreuses. Il faut rappeler que les élèves n’arrivent pas à l’école avec le même vécu, la même expérience de la parole et de la langue en usage à l’école. Ces différences sont culturelles ou de natures diverses, mais constituent du point de vue du cursus scolaire des inégalités que l’enseignant a pour mission de réduire. Plusieurs différences entre élèves peuvent être analysées selon les composantes ci-après.

les differences
différences entre les élèves

Les composantes pragmatiques

La compréhension de la tâche langagière et de la situation discursive est variable d’un enfant à l’autre. La complexité croissante des situations rend nécessaire une évolution dans les savoirs des élèves. Or, tous ne progressent pas de la même manière.

Les conduites discursives

La seconde différence porte sur les conduites discursives qui doivent faire l’objet d’une attention particulière. En effet, les élèves, à tous les cycles, manifestent d’importantes inégalités quant à la maîtrise et à la variété des conduites discursives dont ils disposent. Des analyses individuelles menées sur différents corpus éclairent non seulement sur les performances des élèves. Mais permettent aussi de définir les critères d’évaluation des productions en situation. Avec de telles descriptions, il est possible de définir les composantes d’une situation discursive de manière précise; et de donner ainsi des éléments pour mettre en place une stratégie didactique.

Les aspects linguistiques source de différences entre les élèves

La troisième composante concerne les aspects linguistiques : le lexique, la syntaxe. Les élèves mais c’est là un aspect facilement identifié par les enseignants; ne disposent pas des mêmes compétences dans ces domaines. Il s’agit cependant de faire la différence entre absence de vocabulaire par exemple; et usage d’un lexique appartenant à un univers culturel qui n’est pas celui de l’école. De la même manière, les travaux des sociolinguistes ont montré que l’absence de connecteurs dans un énoncé ne signifie pas que l’élève n’organise pas son propos de manière logique. Mais tous ces faits linguistiques sont à mettre en relation avec les conduites discursives; qui constituent le cadre de leur usage et les situations auxquelles ces discours renvoient.

Les différences entre les élèves ne se manifestent pas seulement en production, elles existent aussi au plan de la compréhension. Tous les élèves, on le sait, ne comprennent pas de la même manière la langue qui leur est adressée par l’enseignant. Si certains sont d’emblée familiers du lexique ou de la syntaxe qui sont ceux de leur enseignant. D’autres ont à construire de nouvelles compétences pour s’adapter à une variété de langue qui n’est pas la leur.

Les compétences métalinguistiques

Les différences entre les élèves concernent les attitudes par rapport aux faits langagiers, la dimension méta langagière. On évoque précisément les différences qui se manifestent dès le cycle 1 sur les divers aspects de cette réflexion méta langagière. L’usage du lexique pour désigner les unités linguistiques ou les fonctions des discours, par exemple; n’est pas identique chez tous les élèves.  Les citations, reformulations ou la prise en compte dans son discours des propos d’un autre, sont le fait de certains élèves seulement. C’est un point sur lequel l’intervention de l’enseignant est sans doute déterminante.

Le travail sur soi

En fait, ce qui frappe d’emblée quand on a en charge une classe, c’est précisément la présence d’enfants silencieux et de leaders. Il ne s’agit pas seulement d’une question de personnalité différente. Mais aussi de maîtrise des composantes, de familiarité avec les tâches langagières, de sens donné aux situations proposées par l’enseignant. Il s’agit aussi de l’accueil fait à la parole plus fragile par la classe. C’est largement le travail effectué par l’enseignant qui doit permettre d’assurer une sécurité langagière et une bonne écoute à tout enfant qui s’exprime.

Evaluer ces différences entre les élèves

Certes, les critères d’évaluation sont nécessaires et se construisent à partir des instructions officielles dans la mesure où elles sont explicites. Cependant, il est possible de s’appuyer sur les acquis des élèves de bonne performance pour construire un horizon d’attente en ce qui concerne l’ensemble des élèves; à condition de rapporter les performances visées aux catégories que constituent les composantes de la compétence pour chaque élève.

The post Quelles différences entre les élèves ? appeared first on Institutrice.com.

The post Quelles différences entre les élèves ? first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu